Accueil > Pôle accueils, santé, précarité > Un jour ça ira, actuellement au cinéma !
Avant-premiere Aurore d'Un jour ca ira

Un jour ça ira, actuellement au cinéma !

Plongée dans un centre d'hébergement d'urgence d'Aurore

Le 16 février 2018 | Actualités - Actus à la Une - Retours - Evénements -

Mardi 13 février avait lieu au cinéma Louxor l’avant-première du film Un jour ça ira. Dans cette salle mythique du XVIIIème arrondissement de Paris, plus de 300 personnes, salariés ou proches de salariés, résidents, partenaires et autres curieux ont assisté à cette projection un jour avant la sortie officielle du documentaire en salle.
Entièrement tourné à Paris dans le centre d’hébergement d’urgence (CHU) d’Aurore l'Archipel, qui a aujourd’hui fermé ses portes, le film de Stan et Edouard Zambeaux est une illustration sans complaisance de ce qu’est vivre dans une telle structure. Pendant 2 ans et demi, leur caméra s’est installée auprès de plus de 500 personnes accueillies et encadrées par les équipes de la rue de Saint Pétersbourg. « Petit à petit, notre caméra a été acceptée par les familles comme faisant partie de leur espace, c'est ainsi que nous les voyons vivre naturellement sous nos yeux. »

 

 
 

Une plongée donc au cœur de cet « Archipel » et un regard particulier sur le parcours de certains : « Djibi c’est un coup de cœur. Entre l’âge enfant et l’âge adulte, il avait surtout envie de se raconter. C’est naturellement qu’il a occupé l’espace de la parole dans le film. »

Djibi, personnage principal documentaire, est un jeune collégien arrivé au centre avec sa mère le 31 décembre 2016. Un « sérial déménageur » comme il aime s’appeler. Né en Italie de parents sénégalais, il est passé par les chambres d’hôtel et différents centres d’hébergement parisiens, avant de rejoindre le centre d’hébergement d’Aurore de la rue Saint Pétersbourg.

C’est à travers ses mots que le public découvre le quotidien dans un centre d’hébergement. Rien n’est caché, des difficultés matérielles aux enjeux migratoires qui viennent bousculer la vie du CHU : « C’est une mission difficile mais magnifique que de travailler auprès des personnes en situation de précarité. Le film est sans complaisance, on voit bien les difficultés que nous pouvons rencontrer au quotidien. Pourtant c’est bien un message d’optimisme qu’on transmet ici : l’avenir c’est vous qui l’écrivez ! » a lancé aux nombreux salariés présents Eric Pliez, le directeur d’Aurore, à la fin de la projection.

 

 

 

"Sans vous, travailleurs sociaux, cette aventure n’aurait pas été possible. Merci pour ce que vous faîtes tous les jours. On a essayé de donner vie à la fraternité que vous mettez en œuvre."

 

Des difficultés mais aussi des moments d’ouverture et de partage qui rythment la vie du centre.

L’atelier de chant particulièrement met en avant Ange, une adolescente résidente de l’Archipel, « un autre coup de cœur » précise Stan Zambeaux. Les chansons composées et chantées par les enfants ont même été compilées en CD et sont disponibles à l’écoute.

Après 1h30 de film et de vifs applaudissements, le public a eu l’occasion d’échanger avec les deux réalisateurs ainsi qu’avec Eric Pliez et Béatrice Paviot-Hidalgo, directrice du CHU au moment du tournage.

 « Voir à l’écran ce que l’on a vécu dans l’urgence c’est vraiment l’occasion de sortir la tête du guidon et d’être fiers de ce que l’on a accompli ». Pour Béatrice Paviot-Hidalgo, « le film vient donner de la poésie a un quotidien difficile ». Un avis partagé par le public. « Votre film est à la fois drôle et touchant. Un vrai moment de bienveillance et de douceur, vous avez fait quelque chose de beau ! » a ainsi réagi l'un des spectateurs.

L’avant-première fut aussi l’occasion pour les deux réalisateurs de rendre hommage au travail social. « Sans Aurore, sans vous, les travailleurs sociaux, cette aventure n’aurait pas été possible. Merci pour ce que vous faîtes tous les jours. On a essayé de donner vie à la fraternité que vous mettez en œuvre. »
 

La conclusion est revenue au Directeur général d’Aurore : « Personne n’est ininsérable et l’accueil se doit d’être inconditionnel. Ce film prouve que notre travail paie, mais l’aventure continue ! »

 

UN JOUR CA IRA, actuellement au cinéma !

L'archipel en quelques chiffres :

  • 500 personnes - isolées ou en famille - hébergées
  • Une trentaine de co-worker résidents
  • Plus de 200 évènements organisés