Accueil > Pôle urgence sociale et hébergement > Premier anniversaire de la Promesse de l'aube dans le 16ème
Anniversaire de La Promesse de l'aube

Premier anniversaire de la Promesse de l'aube dans le 16ème

Une journée pour célébrer l'innovation et la solidarité

Le 12 janvier 2018 | Actualités - Actus à la Une - Retours - Presse -

Le 13 décembre, équipes sociales, résidents, bénévoles, partenaires et riverains fêtaient ensemble le premier anniversaire du centre hébergement d’urgence La Promesse de l’aube d’Aurore, en présence également du Président de l'association, Pierre Coppey : « Nous sommes très fiers de ce centre dont nous fêtons aujourd’hui le premier anniversaire, en compagnie des 203 personnes, grandes et petites, seules ou en famille, qui y vivent. »

 

 

Entièrement modulable et déplaçable, le centre s’est installé en lisière du Bois de Boulogne, dans le 16ème arrondissement, pour 3 ans. Il accueille des personnes orientées par le SIAO car sans domicile, accompagnées par l’équipe sociale du centre vers une plus grande au autonomie. Un travail qui peut prendre du temps. Mais, après un an de fonctionnement, « nous pouvons relever un bilan positif tant dans la vie du centre que dans les relations avec le voisinage », explique.

Un événement pour lequel équipes et résidents du centre d’hébergement se sont beaucoup investis : après une visite guidée du centre, parsemée d’activités ludiques organisées par les résidents, tous les convives ont pu se réunir dans l’une des pièces communes du bâtiment pour déguster un délicieux déjeuner concocté par le Plateau technique d’Aurore – qui avaient pensé aux 67 enfants résidant dans la structure avec bonbons, gâteaux et autres sucreries.

L’occasion aussi pour Pierre Coppey de se féliciter, au nom de toute l’association, de l’existence et du bon fonctionnement de ce centre :

 

Chez Aurore, nous pensons que la rue n’est pas un domicile. Nous hébergeons, à ce jour, dans nos 95 centres, près de 10 000 personnes privées d’hébergement par les difficultés temporaires ou durables qu’elles rencontrent dans une région parisienne qui est affectée par une crise profonde du logement.
Les personnes que nous accueillons relèvent de l’action sociale ou de l’action médicale, de la prévention ou de la solidarité, elles sont désignées comme SDF, victimes de violences, demandeurs d’asile ou sans papier... Derrière ces catégories, il y a des réalités humaines et des individus. Leur point commun est leur humanité, la singularité de leur personnalité et nous considérons, parce que nous sommes frères en humanité, que nous leur devons un accueil inconditionnel dans des centres que nous voulons être des lieux de paix et des sanctuaires.     
Depuis 10 ans, l’Etat a beaucoup augmenté le financement et la prise en charge de l’hébergement d’urgence, et Aurore a été en première ligne en Ile-de-France avec l’ouverture de près de 9 000 places dans des centres d’hébergement et de 1 400 logements en résidences sociales.
Les besoins en hébergement sont tels que nous avons dû recourir à des moyens nouveaux, parmi lesquels les constructions modulaires provisoires. Ce que nous avons construit ici est une des premières démonstrations parisiennes de ce que permet la construction modulaire : une construction rapide, un hébergement de qualité, la mobilisation provisoire de foncier libre.           

 

Pour clore cet anniversaire en beauté, les enfants de La Promesse de l’aube, acclamés par l’assemblée, se sont courageusement succédés sur scène pour réciter des poèmes et reprendre des chansons, parfois accompagnés par les travailleurs sociaux de la structure.

Enfin, l’une des résidentes a tenu à remercier au nom de tous Mathieu Garin, le directeur de la structure, qui a reçu un « boubou » et effectué une danse endiablée avec les résidents.

 

A l’année prochaine !
 

La Promesse de l'aube, un an après :
 

- Accompagnement vers le logement : 12 sorties positives vers des logements plus pérennes (résidence sociale, logement social, CHRS, pension de famille)

- Accompagnement vers le travail : 27 résidents actuellement en situation d'emploi

- Renforcement du lien social et familial : le centre a permis à des familles de se retrouver, avec par exemple un père de famille manager dans la restauration, qui obtenu la nationalité française et a rejoint sa femme et ses trois enfants ici. Son fils adoptif, handicapé, pourra aller dans un établissement spécialisé. Les démarches pour un logement social vont commencer.

- Une intégration locale réussie : les résidents, et surtout les enfants, sont très bien accueillis dans le quartier. Comme ailleurs, ils ont des amis qui les invitent et certains participaient à cet premier anniversaire de la Promesse de l'Aube.

Mots clefs associés : Hébergement    Familles    Personnes SDF