Accueil > Pôle urgence sociale et hébergement > La résidence d’Aurore à Palaiseau
Palaiseau_BANDO

La résidence d’Aurore à Palaiseau

Un lieu pour se poser et redémarrer

Le 30 décembre 2016 | Actualités - Evénements -

Rendre les résidents acteurs de leur (lieu de) vie.

Nous sommes le mardi 13 décembre et Hervé, maître de maison à la Résidence d’Aurore à Palaiseau (91), est sur le pied de guerre. Et pour cause : c’est aujourd’hui que les 50 personnes hébergées élisent leurs représentants au conseil de concertation de la structure.

« Nous souhaitons, avec la mise en place de ce conseil, permettre un espace d’expression individuelle et collective et encourager encore davantage l’implication des personnes accueillies dans la vie quotidienne de la résidence. » explique Laurence, éducatrice spécialisée de la structure.

Ainsi, les deux personnes élues au terme de la journée auront pour mission de recueillir la parole des résidents, concernant la vie commune ou l’organisation d’activités, et de la faire remonter aux autres membres du conseil de consultation – Hervé, Laurence, et Eric Barthelemy, Directeur du site – lors de réunions organisées au moins trois fois par an. L’occasion aussi de tenir les résidents bien informés quant à d’éventuelles questions budgétaires, de réglementation ou de travaux à venir, par le biais de leurs représentants. Une démarche qui entend donc inciter les résidents à se concerter, à se responsabiliser et à devenir acteurs du  fonctionnement quotidien de la structure.

« L’objectif c’est la co-construction : nous souhaitons faire avec la personne, l’accompagner vers l’autonomie et non faire à sa place », ajoute Laurence.

 

Un lieu pour se poser, se consolider et mieux envisager l’avenir

Ouverte en mars 2013, la résidence d’Aurore à Palaiseau, composée de logements allant du studio au 2 pièces, réunit une cinquantaine de personnes sur deux établissements : une Résidence sociale et une Pension de famille, dont les publics diffèrent.

 « La Pension de famille s’adresse à des personnes aux parcours de vie chaotiques, souvent marqués par la rue, et qui peuvent cumuler les problématiques (addiction, précarité, troubles psychiques etc.). Elles viennent ici se poser, se reconstruire, envisager le futur. Pour ce faire, on travaille avec elles sur des projets individuels très variés, qui peuvent tout simplement porter sur l’apprentissage d’une activité de loisir», explique Laurence.

Les personnes relevant de la Résidence sociale, elles, ont des situations davantage stabilisées. La plupart ont des emplois précaires ou sont en formation. Il peut tout aussi bien s’agir d’adultes isolés que de couples ou de familles monoparentales. Pour ces ménages, l’étape « résidence sociale » repose davantage sur la nécessité de consolider une situation socio-professionnelle fragile, pour pouvoir ensuite être à même d’accéder à l’autonomie et se rediriger vers un logement de droit commun.

En tant qu’éducatrice spécialisée, Laurence rencontre chacun des résidents lors d’entretiens individuels afin de faire le point sur sa situation et ses problématiques : « Il y un gros travail d’accompagnement social, notamment en termes d’ouvertures ou de maintien des droits – problématique très prégnante concernant les résidents de la Pension de famille - de demandes de logement social ou d’instructions de dossiers de surendettement ».

 

La vie en communauté, outil de « soin »

Pour autant, le travail de l’équipe éducative est loin de n’être qu’administratif : « La résidence est un cadre sécurisé et rassurant, et nous portons beaucoup d’attention aux notions de présence et d’écoute » confie Laurence. C’est notamment là qu’intervient Hervé, le maître de maison. Vivant sur place, il s’assure du bon fonctionnement des locaux (relation avec les services techniques ou les intervenants extérieurs en cas de problème), mais veille également à favoriser la création de liens et de moments conviviaux entre les 50 résidents.

« J’essaye constamment de les intéresser à des activités, explique Hervé. La plupart du temps, cela se fait de manière informelle car je vis sur place : je viens les rejoindre dans la tisanerie, je me pose et je démarre une activité - n’importe quoi, un jeu de carte, un atelier création ou cuisine… - et je les invite à se joindre à moi. »

Un souci permanent de présence, d’écoute et de convivialité qui rend la vie collective de la résidence très riche en moments de partage. Ces derniers mois ont ainsi été ponctués de nombreux ateliers, sorties culturelles, repas partagés et autres moments festifs. Des événements souhaitant aussi développer le travail d’ouverture, sur soi et sur l’autre, à l’instar du vide grenier organisé en juin dernier dans la résidence. Les résidents volontaires ont tenu leurs propres stands, où étaient vendus des objets leur appartenant ou de la nourriture cuisinée pour l’occasion. Un événement qui a amené beaucoup de visiteurs, des riverains jusqu'au maire de Palaiseau, Grégoire de Lasteyrie.

Un vide grenier organisé au profit d’un autre projet cher aux résidents : la création d’un potager dans le jardin de l’établissement.

Pour Hervé, « ce projet, que nous avons nommé « Ma résidence, mon potager », sera l’opportunité pour nous de consommer nos propres fruits et légumes, tout en impliquant les résidents dans une activité pérenne, sur place, car pour certains il est parfois difficile de se déplacer. Au départ, son fonctionnement sera encadré, puis les résidents se l’approprieront petit à petit et chacun sera acteur de la vie de notre potager ».

Un projet qui mobilise depuis plusieurs mois l’équipe et les résidents, et qui pourrait donc donner lieu à de nouveaux événements pour réunir les fonds nécessaires à l’achat d’outils et de fournitures qu’il nécessite.

Mots clefs associés : Hébergement   
Lire aussi

Lancement de la 3ème saison du Championnat !

L’association Aurore relance le samedi 30 septembre ce championnat de foot en salle qui rassemble des équipes composées de réfugiés,...

Atelier de l'Arsenal : une nouvelle expérience de mixité dans la ville

A lire dans Le Monde : Aurore réitèrera dans les années à venir l'expérience des Grands Voisins avec le projet collectif de l'Atelier...

Les Grands Voisins lancent l'Université Populaire Libre et Solidaire !

Différentes thématiques sur les enjeux de notre société seront abordées chaque mercredi du 6 septembre au 20 décembre de 18h...

Mon polochon habille les enfants accueillis

Parmi les 30 040 personnes accueillies par Aurore en 2016, 4 800 étaient mineures, dont 1 900 âgées de 2 ans et moins. Les besoins...

Tous les articles sur ce thème