Accueil > Pôle esat > La boxe éducative est un sport adapté au handicap psychique
Illustration WP id=15466

La boxe éducative est un sport adapté au handicap psychique

Le 08 février 2013 | Actualités - Tribunes -

18h30 : comme beaucoup d’entre nous, les résidents du foyer Apollinaire viennent de terminer une journée de travail. A la différence de certains, ils sont employés dans des ESAT (Etablissement de Santé et d’Aide par le Travail) : blanchisserie, métallurgie, restauration, espaces verts… car ils souffrent d'un handicap psychique et travaillent en milieu adapté. Comme eux, ils rentrent fatigués de leur journée, pourtant ils ne se délasseront pas dans leur canapé, car ce soir, les résidents du foyer Apollinaire ont un cours de boxe !

 

Boxer pour le plaisir…

A peine arrivés dans la salle de sport, certains enfilent déjà leurs gants et leur casque, pressés d'en découdre. La professeure leur rappelle cependant que le sport commence toujours par une séance d’échauffement. Nina est professeure de boxe éducative et est elle-même handicapée car malentendante. Elle est également championne de France de handi-boxe, dans sa catégorie.

Faire cours auprès de personnes handicapées psychiques était une première, mais pour elle, cela ne fait pas de différence : « J’adapte mon cours en fonction de la personne, pas de son handicap » souligne-t-elle. Après l’échauffement, les sportifs enfilent enfin leurs protections pour s’attaquer à une série "d’assauts" (petits combats), avec touche, sur les zones autorisées (casque, épaules, ventre) : « Notre discipline est peu connue et souffre de l’image violente des combats médiatisés. En boxe éducative, on ne porte pas les coups, on fait des touches et c’est comme cela qu’on fait gagner des points à son équipe » explique Nina.  

 

La boxe : un sport tout à fait « adapté »

La violence, c’est ce qui avait effrayé de prime abord les professionnels accompagnant les résidents d’Apollinaire. Le cours d’essai proposé par Nina les a rapidement rassurés : « C’est une boxe de loisir », répète-elle régulièrement. Alexandre est animateur à Apollinaire et participe également aux cours de la championne. Il reconnaît à ce sport des vertus appropriées aux besoins des résidents : « La boxe éducative fait travailler les déplacements dans l’espace et la coordination. Pour des personnes qui ont un rapport à leur corps compliqué, c’est un vrai défi » explique-t-il.

La boxe permet également de se confronter à l'autre, avec respect, être dans l'opposition, sans être dans le conflit. Proposer de la boxe et du sport en général est le moyen pour ces personnes souffrant de troubles psychiques de renouer avec leur corps et surtout de prendre du plaisir. Sandy est chef de service du foyer : « Les résidents voient très régulièrement des psychologues ou des psychiatres à propos de leurs souffrances psychiques. Ils s’occupent tellement de leur tête, qu’ils en oublient souvent leur corps » explique-t-elle.  

 

Du sport et bien plus

Depuis 2011, le sport s’est invité à la résidence : des week-ends randonnées, un tournoi de foot, et un atelier d’expression corporelle, qui bénéficie, comme la boxe, d’une fréquentation exceptionnelle, avec 6 à 7 participants réguliers. Le sport a pris une place importante dans leur quotidien ; si bien que 4 des 23 résidents qui habitent le foyer participent à la commission « handicap psychique » de la Fédération des Sports Adaptés. Pour Sandy : « C’est aussi un moyen de promouvoir la participation des personnes accueillies ».

Le sport est vecteur de citoyenneté, mais également de dé-stigmatisation : les cours de boxe éducative s’ouvriront à terme à tous, pour favoriser la mixité et l’insertion sociale. Habitants du quartier et résidents du foyer ; valides et personnes handicapées psychiques se rendront ensemble aux cours de Nina. Ils enfileront leurs gants et exécuteront ensemble, et sur un même pied d’égalité, leurs uppercuts et leurs crochets.

Lire aussi

Les Journées de Solidarité Entreprises

Les journées de solidarité des entreprises se multiplient dans les services d’Aurore. Un dispositif astucieux qui permet aux entreprises...

Le livre blanc sur les alternatives à la prison

Pourtant rappelée à l'ordre chaque année par la CEDH pour les conditions de vie déplorables dans les prisons françaises, la France...

Retour sur la convention 2017 d'Aurore

Le 27 juin, plus de 1 000 personnes, salariées, bénévoles ou accueillies, étaient réunies à la Cité des Sciences pour la convention...

Atelier de l'Arsenal : une nouvelle expérience de mixité dans la ville

A lire dans Le Monde : Aurore réitèrera dans les années à venir l'expérience des Grands Voisins avec le projet collectif de l'Atelier...

Tous les articles sur ce thème