Accueil > Pôle accueils, santé, précarité > Les familles-relais soignent le blues des malades