Accueil > Formations et parcours > Aurore expérimente Interlignes
Formation_linguistique_interlignes

Aurore expérimente Interlignes

Rencontrer et former les locataires en difficulté linguistique

Le 17 octobre 2017 | Actualités - Brèves -

Depuis avril 2017, le pôle Insertion d'Aurore mène un projet expérimental intitulé "Interlignes" en partenariat avec le bailleur social Toit & Joie, dont les logements sont implantés sur toute l'Ile-de-France. Sa vocation : aller à la rencontre des locataires en difficulté linguistique afin de favoriser leur maintien dans le logement.

Le projet est né d'un constat : de nombreux locataires rencontrent des difficultés à lire, à écrire ou à s'exprimer en français, qui tendent à renforcer la précarité de leur situation et s'avèrent être une gêne au quotidien.

"Les équipes de Toit & Joie ont par exemple constaté que de nombreux locataires devaient faire appel à leurs enfants pour traduire les contenus des rencontres, courriers etc." explique Leïla Bouherrafa, la formatrice Aurore investie sur ce projet. Un handicap linguistique qui peut aller jusqu'à mettre en péril le maintien des locataires dans leur logement : "Beaucoup de contentieux sont en fait imputables à cette barrière de la langue, avec des locataires qui ne paient pas leur loyer, non pas parce qu'ils ne le veulent ou ne le peuvent pas, mais parce qu'ils ne comprennent pas les procédures ou courriers de relances leur étant adressés."
 

"Beaucoup de contentieux sont en fait imputables à cette barrière de la langue."

 

Ainsi est né le projet expérimental "Interlignes" : pour répondre à ces situations, Toit & Joie - avec qui Aurore entretient depuis plusieurs années un partenariat similaire sur la question des locataires en souffrances psychiques avec l'Equipe Mobile - a sollicité l'association afin qu'elle rencontre les locataires et leur propose des formations de français adaptées à leurs niveaux et à leurs besoins.

Les personnes sont principalement orientées par le pôle Social de Toit & Joie - en contact permanent avec les locataires de la visite des logements à la signature du bail en passant par le paiement des loyers, et donc très souvent confronté à des situations d'illettrisme et d'analphabétisme. Les personnes sont également orientées par le biais des permanences mises en place au sein des logements ou par les gardiens d'immeubles. Les gardiens jouent en effet un rôle précieux dans ce projet : en contact direct avec les locataires et très souvent sollicités par ces derniers, ils sont aux premières loges pour identifier les éventuelles difficultés linguistiques rencontrées (difficulté à comprendre un courrier administratif par exemple).

Leïla, la formatrice Aurore, est ensuite chargée d'aller à la rencontre de ces locataires afin d'évaluer leur niveau et identifier si leur situation relève de l'illettrisme, de l'analphabétisme ou du Français Langue Etrangère. L'objectif est ainsi de leur proposer, dans un second temps, une formation adaptée à leur niveau et à leurs contraintes personnelles (garde d'enfants, emploi…).
 

Interlignes travaille avec des dizaines d'acteurs de la formation pour que ces personnes puissent renforcer leur maîtrise du français au plus près de chez eux, et dans les meilleurs délais.


"La grande majorité des personnes que j'ai rencontrées présente une mobilité réduite : il peut s'agir de problèmes de santé ou d'une précarité économique qui limitent leur capacité de déplacement, mais également d'une anxiété à l'idée de s'éloigner de son quartier, de ses repères...", poursuit Leïla Bouherrafa. "Le projet Interlignes travaille donc avec des dizaines d'associations et autres acteurs de la formation pour que ces personnes puissent renforcer leur maîtrise du français au plus près de chez eux, et dans les meilleurs délais."

 

 

Interlignes c'est :

- Un projet expérimental de 3 ans

- Des interventions dans le 18ème arrondissement de Paris et toute la Seine-Saint-Denis

- 28 locataires rencontrés depuis avril 2017. Si 4 sont intéressés mais momentanément indisponibles (problèmes personnel ou de santé), 24 ont intégré le dispositif et se sont vu proposer des formations de français qu'ils se sont engagés à suivre